L’orgasme vaginal – Partie 2

Le mystérieux phénomène de l’éjaculation féminine

L’expression «femme fontaine» est souvent utilisée pour parler d’éjaculation féminine. Bien que le phénomène soit très explicite dans les films pornographiques (et quelque peu traumatisant pour certains), les scientifiques ont toujours du mal à l’expliquer. Cependant, quelques faits et hypothèses sont actuellement véhiculés par ces derniers.

 

En quoi consiste l’éjaculation féminine?

Certaines femmes, à l’approche ou à l’atteinte de l’orgasme, évacueront un liquide. Ce dernier peut être relâché en quantité variable. C’est-à-dire que la quantité de liquide éjaculé est minime ou abondante, dépendamment de chacune des femmes et de la puissance de l’orgasme. D’ailleurs, l’éjaculation serait le résultat d’un orgasme d’une grande intensité. Selon les statistiques, de 10 à 40% des femmes parviennent à vivre ce type d’expérience. Par contre, toutes les femmes seraient physiologiquement constituées de sorte à pouvoir éjaculer.

D’où provient le liquide et de quoi est-il constitué?

Deux types de glandes sont impliqués dans l’éjaculation féminine : les glandes de Skene et de Bartholin. Ces glandes génitales gonflent pendant la période d’excitation et sécrètent un liquide lors de l’orgasme. L’éjaculat est expulsé non pas par le vagin, mais par l’urètre (canal par lequel est évacuée l’urine). Bien que des tests en laboratoire aient été faits, la composition du dit liquide reste toujours un mystère. Il ne s’agit ni de sperme, ni d’urine, ni de sécrétions servant à lubrifier le vagin. La composition de cet éjaculat clair, visqueux et peu odorant varie également d’une femme à l’autre, ce qui est d’autant plus étrange.

Comment parvenir à éjaculer?

Des muscles pelviens développés et une bonne connaissance de son corps sont des éléments essentiels pour arriver à éjaculer. Quelques femmes y arriveront naturellement et sans effort, mais elles se font plutôt rares. Pour les autres, il faut développer les muscles génitaux en leur donnant du tonus et en sachant bien les manipuler. Il faut également savoir se laisser aller pendant l’acte sexuel pour se concentrer sur la jouissance.

Certaines stimulation manuelles peuvent facilitées l’éjaculation féminine et son apprentissage. À savoir, le partenaire doit à la fois stimuler le point G avec un doigt et le clitoris avec un autre doigt. Les caresses peuvent aussi contribuer à la montée du plaisir.

Dans bien des cas, les femmes qui réussissent à éjaculer retiennent leurs orgasmes de peur d’expulser leur liquide. Cette attitude est souvent attribuable à la gêne, au refus de mouiller les draps ou encore à l’endroit non approprié à une telle réaction corporelle. Par contre, celles qui s’abandonnent complètement et qui laissent leur corps éjaculer diront que l’état dans lequel elles sont plongées est complètement euphorique et qu’il décuple leur jouissance.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *