Hughette Proulx (1922-2011), la femme qui a fait tomber les tabous

Le 8 août dernier, le Québec a perdu une figure importante de son évolution. Il s’agit de Hughette Proulx, la femme qui a fait tomber les tabous des Québécois en matière de sexualité. Véritable pionnière, elle a su ouvrir l’esprit de toute une nation et a intégré la sexualité dans le quotidien des gens.

Reconnue pour ses émissions de télévision et de radio en plus de ses chroniques dans la presse écrite, Mme Proulx a surtout marqué le Québec grâce à son émission Radio-Sexe qu’elle a animé pendant plus de 10 ans. Elle se donnait comme mission d’informer la nation en quête d’émancipation. Abordant le sujet de la sexualité explicitement, elle se faisait un devoir de répondre aux questions de la population désireuse d’accepter et d’intégrer la sexualité dans leur vie.

Femme d’avant-garde, elle a intégré le vocabulaire sexuel dans le langage commun. Les mots «pénis» et «vagin» n’avaient désormais plus à être censurés. Les gens se sentaient à l’aise de lui confier leurs problèmes et questionnements en matière de sexe. C’était une femme proche du peuple qui n’avait pas la langue dans sa poche.

À cette époque, il y a plus de 40 ans, Hughette Proulx nageait consciemment en pleine controverse. L’emprise du clergé sur la population était notable et elle en a fait fi par conviction que les gens se devaient d’être plus ouverts d’esprit. Elle savait que malgré le fait qu’elle était très critiquée pour son impudeur, son audace était appréciée du peuple.

Étant non seulement la première femme au Québec à parler ouvertement du sujet grandement tabou de la sexualité, elle a également été la première à parler du SIDA au Canada. Hughette Proulx a marqué toute une époque et a laissé un héritage qui a ouvert la voie pour les générations subséquentes. Sans cette grande femme, le Québec ne serait probablement pas ce qu’il est aujourd’hui!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *