L’hymen et la virginité

Dans la plupart des cultures, l’hymen est, chez la femme, un signe de virginité. Si la science a, depuis longtemps, prouvé que la déchirure de cette membrane vaginale n’est pas toujours associée aux premiers rapports sexuels, la croyance populaire, elle, demeure intacte. Et dans certains pays, ce mythe fait bien jaser.

En Suède, l’hymen est présentement au cœur d’une vaste campagne d’information. En effet, pour en finir avec les mythes associant cette membrane féminine avec la virginité, L’Association suédoise pour l’éducation sexuelle (RFSU) a décidé de donner à l’hymen le nouveau nom de « couronne vaginale ». 

Dans la langue suédoise, l’hymen se traduit littéralement par « membrane de virginité ». Pour les experts de la RFSU, ce terme ne représente pas du tout la réalité et il encourage le maintien de certaines fausses croyances sur la sexualité. En faisant la promotion du terme « couronne vaginale », ils espèrent dissiper le mythe populaire selon lequel les femmes vierges possèdent toujours un hymen intact.

À l’inverse, dans certaines cultures accordant une grande valeur à la chasteté avant le mariage, l’hymen est un symbole si important que certaines femmes vont recourir à tous les moyens possibles pour prouver ou feindre leur virginité

Pour afficher leur virginité malgré la rupture de leur hymen, bien des femmes optent pour l’hyménoplastie, une procédure chirurgicale permettant une reconstruction naturelle et réaliste de l’hymen.

Toutefois, il existe désormais sur le marché une solution beaucoup moins dispendieuse que la chirurgie pour simuler la présence de l’hymen. Le Artificial Virginity Hymen, un kit contenant un hymen artificiel, permet aux femmes le portant de saigner « comme il se doit » lors de leur nuit de noces ou de leur première relation sexuelle. 

Ce produit sexuel, qui se vend sur Internet pour une trentaine de dollars, ne fait toutefois pas que des heureux. En Arabie Saoudite, une femme voulant offrir à son mari une seconde lune de miel a été répudiée suite à l’utilisation du Artificial Virginity Hymen. En Égypte, certains députés demandant non seulement d’interdire l’utilisation de ce produit, mais proposent que les importateurs et acheteurs soient punis de dix coups de fouet, qu’ils soient incarcérés ou qu’ils soient expulsés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *