Une baise occasionnelle sans conséquences émotionnelles

Selon la croyance populaire, les jeunes adultes ayant des relations sexuelles avec des partenaires occasionnels et non exclusifs seraient plus enclins à présenter certains dommages émotionnels. Pourtant, une étude américaine vient de prouver tout le contraire.

Lors d’une vaste étude sur l’alimentation et le bien-être des jeunes adultes, l’Université du Minnesota a découvert que les jeunes ayant des relations sexuelles sans attache n’étaient pas plus à risque de présenter des dommages émotionnels que ceux étant sexuellement actifs dans une relation stable.

Plus de 1 300 répondants, âgés entre 18 et 24 ans, ont participé à cette étude. À l’intérieur du volet « sexualité », ils ont été interrogés sur leur comportement sexuel, leur confiance en soi et leur bien-être émotionnel. 

Questionnés sur leurs derniers partenaires sexuels, 55% des répondants ont révélé qu’ils entretenaient une relation amoureuse exclusive, 25% étaient fiancés, mariés ou conjoints de fait, 12% étaient dans une relation non exclusive et 8% avaient un ou plusieurs partenaires occasionnels.

Chez les quelques 20% de jeunes ayant des relations sexuelles sans attache, les chercheurs s’attendaient à trouver une plus grande incidence de dommages émotionnels, allant de la légère dépression aux pensées suicidaires. À leur grande surprise, aucune différence n’a pu être constatée entre le bien être psychologique des deux groupes. 

Sur le plan émotif, il n’y aurait donc aucun mal, pour les jeunes adultes, à collectionner les « amis modernes » ou fuck friends. Le vrai danger des relations sexuelles avec des partenaires non exclusifs est plutôt du côté physique. Les risques d’infections transmises sexuellement, de grossesse et de violences sexuelles associés à de telles pratiques sont bien réels et ne devraient surtout pas être négligés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *